3 novembre

2016 est une année de pause dans nos grands voyages. En effet en raison de mon changement d’employeur en plein été, nous n’aurons qu’une semaine, fin mai, de disponible pour les vacances du 27 mai au 04 juin.

Nous choisissons donc une destination très proche, mais malgré tout dépaysante et prometteuse :

le Portugal ou plutôt, le nord-est du Portugal.

Le trajet prévu

 

Quelques jours de préparation pour trouver des traces d’autres voyageurs, charger des cartes dans les GPS et charger le 4×4 avec sa tente.

 

 

Cliquez les images pour les agrandir.

et retrouvez l’ensemble de nos photos ici.

 

 

Vendredi 27 mai 2017 – Jour 1

Après la débauche de Marie, en route vers 15h en 4×4 et avec la chienne Airelle au milieu des sacs.

Direction le sud par l’A10. Route et traversée de Bordeaux assez calme.

20h, 27°, pause repas en bas des Landes, puis nous roulons jusqu’avant la frontière pour dormir sur l’aire de Bigard, très tranquille.

Samedi 28 mai 2017 – Jour 2

Réveil à 8h, bonne nuit à l’intérieur du 4×4, 16°, nous repartons à 9h. Route habituelle, Vitoria, Burgos, là nous bifurquons vers la région de Léon, Benavente. La pluie s’est invitée depuis 13h.

Rio de Onor

Nous arrivons à la frontière portugaise par une petite route au nord, à Rio de Onor, en restant sur le goudron car il a trop plu pour faire la piste prévue.

 

Nous tentons une piste au nord de Bragança pour rejoindre le camping, il y a un gué à traverser mais le courant est trop fort.

Demi-tour, passage par la ville pour s’installer au camping municipal, sympathique, propre et au bord de la rivière (10€50). Pratiquement personne, juste une dizaine de client.

La pluie revient, petit repas et au lit à 21h30 française ! (20h30 locale).

 

Dimanche 29 mai 2017 – Jour 3

Réveil à 8h, bonne nuit dans la tente de toit qui est trempée. On traîne un peu, départ 10h, on passe dans un petit supermarché pour les premiers achats de Porto, vin et nourriture. Un peu de route puis piste pour rejoindre le lac au-dessus de Macedo de Cavaleiros.

 

 

Pause repas au bord de l’eau, il y a de gros nuages mais le soleil est en train de s’imposer. La piste au bord du lac est magnifique à cette saison, il y a des fleurs partout, nous nous frayons un passage au milieu des genets qui griffent la voiture.

 

 

 

 

Nous alternons pistes, route puis parcourons une piste sur une crête au pied des éoliennes.

 

 

 

 

 

Nous rejoignons enfin par la route Freixo de Espada (nous n’avons que 5 jours sur place et ne pouvons faire toutes les pistes) puis les bords du Douro à un petit port touristique Congida.

Congida au bord du Douro

 

 

Barca de Alva

La région est couverte de vignes parfaitement entretenues qui produisent le porto. Il est trop tôt pour s’installer, nous continuons au bord du Douro en longeant la frontière espagnole jusqu’à Barca de Alva. C’est le point haut des croisières fluviales sur le fleuve, il y a de gros bateaux et des cars les remplissent de touristes.

 

 

 

 

Pas de camping dans la région, nous préparons le lit et poursuivons la route jusqu’à la sortie de Figueira de Castelo Rodrigo pour nous installer discrètement sur un grand parking. C’était une longue et belle journée.

 

 

Lundi 30 mai 2017 – Jour 4

Castelo Rodrigo

Réveil à 7h, bonne nuit tranquille, un peu fraîche. Plein de gas-oil à 1€10 ! Nous montons au château de Castelo Rodrigo tout proche. De très belles ruines.

 

À nouveau un mélange de pistes et routes jusqu’à Almeida, une ville fortifiée de style Vauban avec murailles, bastions et ravins défensifs datant du XVII em. Il n’y a personne et nous pouvons accéder partout même en voiture.

Nous continuons les pistes le long de la frontière.

 

 

 

 

Pause repas près d’un étang au milieu de nulle part avec le chant des grenouilles, la lavande, les genets et autres ombellifères en fleur.

 

 

Les pistes sont parfois très étroites et à ras de murets de pierres.

Nous passons à Guarda et poussons jusqu’à Covilha par la voie rapide. Nous montons jusqu’au camping (8€) à 1000m, au-dessus de la ville dans la forêt. Il a fait un peu frais aujourd’hui, pas de pluie mais le soleil, timide, fait son apparition en fin de journée et nous profitons de ses derniers rayons dans ce camping très calme. Nous rencontrons une française mariée à un portugais, aujourd’hui décédé, mais elle continu à venir ici seule. Elle loue une caravane pour 45€ par mois. Nous l’invitons à l’apéro pour lui changer les idées.

 

 

 

Mardi 31 mai 2017 – Jour 5

Réveil à 8h, la tente de toit est dépliée pour qu’elle sèche, mais nous avons dormis sur le lit à l’intérieur du 4×4 car trop froid. Petite discussion avec un couple de retraités français arrivés avec un Volkswagen California T6 super aménagé qu’ils nous font visiter, mais bonjour le prix : 60.000€ ! Nous profitons une dernière fois des douches et wifi et décollons vers 10h, tranquille c’est les vacances et le soleil est bien là.

 

À nouveau enchaînement de pistes et routes vers le sud, le paysage change doucement, plus de plaines, des forêts d’eucalyptus, de sapins. Encore un gué où nous ferons demi-tour après y avoir déjeuné, nous sommes seuls, pas question de prendre des risques.

 

 

 

on est descendu par là !!

L’après-midi se fera sur de belles pistes jusqu’au camping visé, le Beira-Marvao près de Castelo de Vide (19€).

 

Très bon camping en pleine nature, tenu par un néerlandais, au milieu d’énormes blocs de granit. Une petite piscine hors sol nous attend et nous nous y précipitons malgré sa fraîcheur. Très peu de campeur, principalement allemands.

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 01 juin 2017 – Jour 6

Réveil à 7h30, nous sommes réveillés voir dérangés par … les oiseaux !! Il y a pire …

 

Nous partons pour de nouvelles pistes uniquement de plaines avec beaucoup de nids de poules, au milieu des chênes liège. Beaucoup d’énormes fermes abandonnées en ruines. Tradition oblige nous nous arrêtons près d’un cours d’eau pour le midi. La température monte et atteint les 32°, on est bien ! Nous observons de nombreuses cigognes, qui volent autour de leurs nids. Poursuite sur les pistes à travers des pâturages, avec de nombreuses barrières à ouvrir, refermer, tout un exercice pour Marie.

Petit arrêt au pont romain de Vila Formosa puis nous arrivons à Arraiolos. Cette ville est construite autour d’une enceinte fortifiée du XIIIem dans laquelle se trouvait autrefois un château médiéval. Il ne reste aujourd’hui que les remparts à créneaux et au centre une église du XVIem abandonnée.

Tout est accessible et nous faisons le tour des remparts à pied, mais je ne peux m’empêcher de faire le tour de la place d’arme en voiture.

 

 

 

Puis direction Evora, mais la ville est animée et le camping municipal au centre trop bruyant. Je repère sur mon GPS un camping à la ferme à 13km. C’est une excellente décision que nous avons prise, le petit camping (10€) est au milieu des champs, avec ses cigognes et autre oiseaux. Le bâtiment sanitaire fait office de lieu de communication, il y a tout un tas de livres sur la région, de pubs locales, le pain commandé la veille par les campeurs, c’est sympa. Magnifique couché de soleil.

Jeudi 02 juin 2017 – Jour 7

Nous nous levons quand nous en avons envie, ni trop tard ni trop tôt. C’est notre point le plus au sud de notre voyage et il va falloir penser à remonter vers la France. Ça sera notre dernière journée entière au Portugal, nous avons beaucoup de route à faire, donc pas de piste aujourd’hui.

Mais d’abord retour à Evora, ville conseillée par le guide vert. Il fait trop chaud (30°) pour laisser Airelle dans le 4×4 même à l’ombre, alors nous la portons dans son sac à travers la ville. Il y a pas mal de touristes dans les petites ruelles fraîches. Nous faisons le tour des monuments à voir, le temple romain, la cathédrale, sans oublié la fameuse Pastelaria Conventual où nous prenons quelques petites pâtisseries locales à base d’amandes, 1€ pièce.

 

 

 

 

Nous quittons la ville et entamons notre remontée vers Tomar, à 170kms par les petites routes, les autoroutes n’ont pas de péages mais sont payantes, c’est un système de portique de lecture automatique des plaques qui contrôle et verbalise au besoin. Il y a un superbe château qui domine la ville de Tomar mais l’entrée est interdite au chien, donc nous nous contentons des remparts et d’une boisson fraîche avec vue sur la ville.

Nous rejoignons ensuite le camping repéré à Casal Das Aboboreiras, le Pelinos 77 (17€) tenu à nouveau par des hollandais. Il y a beaucoup de monde dans celui-ci mais il reste de la place pour nous, très bon accueil, cadre sympa, des poules et une piscine dans laquelle nous nous précipitons dès la tente ouverte. On s’inscrit pour le repas du soir 9€ chacun, mais en fait ça se passe dans un restaurant à 2mn à pieds. Très bon, la petite côte pour rentrer et la douceur de l’air sont agréables pour aider à la digestion. Un campeur joue quelques morceaux de guitare bien exécutés pour terminer la soirée en douceur.

Vendredi 03 juin 2017 – Jour 8

C’est fini pour ces petites vacances ma foi bien agréables et qui nous laissent une envie de revenir plus longuement.

Le GPS est programmé pour nous conduire à la maison, 18h de route sans péage. Ça sera plus rapide car nous prendrons l’autoroute en Espagne (nord après Burgos) et en France.

Arrêt repas à l’ancien poste frontière espagnol près de Galegos direction Caceres en Espagne.

Reprise de la voie rapide direction Francia. Sur le retour nous apprenons que pendant que nous nous baladions au soleil portugais, des trombes d’eau noyaient le centre de la France au point de couper les autoroutes près d’Orléans. Retour traditionnel avec nuit à la première aire de repos française de Urrugne.

 

 

 

 

 

Samedi 04 juin 2017 – Jour 9

Temps pluvieux, la journée est consacrée au retour à la maison mais pour se donner du courage, nous faisons d’abord un petit détour par la route de la corniche toute proche puis Saint Jean de Luz et A10 jusqu’à la maison.

Voilà, petit voyage terminé, il nous reste de beau souvenir et une grosse envie d’y retourner plus longuement.

 

et retrouvez l’ensemble de nos photos ici.